Sur la Mer sombre et froide – poème

Sur la mer éveillée, sombre et froide, vogue une barque, Ballotée vers l’infini, le bois presque pourri grince et craque.

Mais ou va-t-elle? Elle qui transporte Un enfant aussi doux qu’un poisson Aussi faible qu’un’ bougie. Nulle ne le sait, les lumières claquent.

Tout à coup, une baleine surgit. Le bateau qui mugit se brise en milles débris. Les éclairs fusent. C’est presque la fin. L’immense bête replonge alors et dans l’ombre,

La barque s’évanouit.

Panique à bord
Ses Yeux Bleus
Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Tumblr

Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz